Actualités sportives

Habib Diallo (FC Metz) : « Le meilleur début de saison de ma carrière »

31 août 2018 à 07h30

À l'aube d'affronter le RC Lens à Saint-Symphorien, le meilleur buteur de la Ligue 2 décrypte son début d'exercice tonitruant avec le FC Metz. L'attaquant sénégalais souligne l'importance du travail de Frédéric Antonetti et tire les bénéfices de son prêt au Stade brestois.

Il n'a pas vraiment l'habitude des conférences de presse. Par timidité, peut-être. 5 minutes lui avait-on alors demandé du côté de la communication du club. « C'était plus que ça ! » s'est amusé un Habib Diallo finalement à l'aise devant les questions des journalistes en milieu de semaine. Il faut dire que le début de saison du Sénégalais suscite de nombreuses sollicitations depuis la reprise du championnat. En cinq journées, le grand attaquant messin (1,85m) a inscrit la bagatelle de sept buts. Surtout, un somptueux quadruplé lors de la réception de l'US Orléans, le 3 août dernier (5-1). Une première au FC Metz depuis ... Mario Relmy en Coupe de France 1990.

28 ans plus tard, Habib Diallo ne peut que constater son « meilleur début de saison dans [sa] carrière ». Lui qui avait foulé pour la première fois les pelouses du championnat français il y a trois ans lors du mandat de José Riga est devenu un membre essentiel de l'effectif de Frédéric Antonetti. Entretemps ? Quelques buts décisifs lors de la prise de fonction de Philippe Hinschberger en Ligue 2, et un passage salutaire du côté du Stade brestois. Dans le Finistère, le Sénégalais a profité de son prêt longue durée (1 saison et demi) pour s'aguerrir dans l'antichambre de l'élite. Sous la houlette du renommé Jean-Marc Furlan, Habib Diallo a trouvé le chemin des filets à 19 reprises et frôlé par deux fois la montée en Ligue 1. « Les prêts à Brest m'ont fait du bien constate l'attaquant du FC Metz. En Ligue 1, je ne jouais quasiment pas. Quand tu es jeune et que tu ne joues pas dans un club, il vaut mieux partir pour avancer ». Revenu galvanisé par ses deux exercices réussis en Bretagne, l'ancien pensionnaire de Génération Foot au Sénégal se pensait armé pour le niveau de l'élite du football français. Mais la relégation du FC Metz il y a quelques mois a obligé Habib Diallo à revoir ses plans. Bien lui en a pris, puisque quelques matchs ont suffi au joueur de 23 ans pour se muer en véritable leader de l'attaque messine.

« Ibra, mon frère »

Avec 13 buts inscrits en championnat, le secteur offensif du FC Metz cristallise à lui seul le début de saison en boulet de canon du club mosellan. Pour Habib Diallo, « il y a tout ce qu'il faut pour marquer des buts. Il ne nous manque rien, on a tout, des milieux de terrains pour nous donner des ballons. On peut marquer à tout moment ». Questionné sur le partage de son poste avec son compatriote Ibrahima Niane (5 réalisations toutes compétitions confondues cette saison), l'ancien Brestois balaie toute notion de concurrence : « Ibrahima, je le considère comme mon frère. Des fois, il vient chez moi. Des fois, je vais chez lui. Nous ne sommes pas concurrents. Seul le coach décide qui doit jouer ». Dans une saison où tout semble déjà leur sourire, les deux potes bénéficient de l'encadrement par les figures tutélaires du groupe selon les dires de Diallo. « Les anciens parlent avec les jeunes dans le vestiaire. C'est normal, parce qu'ils ont plus d'expérience » explique t-il. L'attaquant n'en oublie pas le travail pointilleux de son entraîneur, « dans des domaines qu'on n'avait pas travaillés auparavant. On travaille dur avec l'équipe et le coach. Dans les matchs, c'est lui qui donne le tempo ».

Si l'arrivée du technicien corse semble porter ses fruits, Habib Diallo reste lucide quant à la suite des débats que Metz aborde en tant que leader. « Pour le moment, on est premiers. Mais cela ne veut pas dire qu'on est meilleurs que les autres raisonne le jeune buteur. Il faut continuer à bosser, encore, jusqu'à la fin. Ce n'est pas fini ». D'ailleurs, la prochaine échéance des Messins est proche, puisque le FC Metz est attendu au tournant ce samedi à Saint-Symphorien pour affronter le RC Lens. Quatre jours après un premier round victorieux à Bollaert en Coupe de la Ligue (1-1, 5-3 t.a.b.), Habib Diallo s'attend à une partie « plus intense et plus fermée. Ce sera difficile des deux côtés ». Avant d'entamer la trêve internationale durant laquelle les organismes, bien éprouvés, pourront trouver du repos, le leader et son dauphin se livreront une lutte acharnée dans laquelle le vainqueur mettra fin à la série d'invincibilité du perdant. Le meilleur buteur du championnat, quant à lui, devrait commencer la rencontre en tant que titulaire. Et pourrait déjà inscrire son huitième but de la saison, le septième devant son public fétiche.