Actualités sportives

Un FC Metz sans solution s’incline face au Havre (0-1)

29 septembre 2018 à 19h55 Par Axel Watrin
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

Les Grenats n’ont pas su réagir après le premier revers concédé à Paris. Pour ne rien arranger, ils se sont inclinés ce samedi à domicile face à des Havrais appliqués.
Oubliés les coups de folie de Farid Boulaya, les chaloupées transcendantales d’Opa Nguette, les entrées décisives d’Ibrahima Niane, la précision chirurgicale des milieux de terrain. Depuis le déplacement à Charléty, le génie du début de saison semble avoir quitté le FC Metz. Ce samedi, pour les retrouvailles avec son public après un mois d’abstinence, la meilleure attaque de Ligue 2 se frottait à l’imperméabilité de la meilleure défense du championnat. À l’épreuve sur le terrain, la capacité de réaction des Grenats après la première gifle reçue dans la capitale la semaine dernière.

Les hommes de Frédéric Antonetti semblaient très vite prendre le chemin de la rémission en sevrant de ballons son adversaire. Rivière, de nouveau titulaire sur le côté gauche de l’attque, avait la balle du 1-0 sur un coup-franc de Cohade relâché par Thuram, mais sa tentative ne trouvait que les supporters de la Horda Frénétik, de retour en basse altitude côté canal (16’). Si le beau mouvement collectif amorcé par Boulaya, Rivière et Diallo n’aboutissait que sur un coup de pied de coin (35’), l’action suivante voyait Fofana déposer un centre au cordeau sur la tête de Sunzu resté aux avants-postes (36’). Le coup de casque du Zambien filait à son tour dans les travées de Saint-Symphorien, témoin impuissant d’un spectacle sans éclat et sans magie en première période.

Confinés dans leur bulle durant le premier acte, les Normands attendaient la deuxième mi-temps pour se découvrir. Plus incisifs dans la moitié de terrain messine, les Havrais ont trouvé la faille sur un contre assassin mené par Zinédine Ferhat, lancé à toute vitesse côté droit. Trop rapide pour la défense messine, qui assistait à l’ouverture du score visiteuse par le meilleur passeur du championnat l’an passé (0-1, 61’). Les Grenats frôlaient la correctionnelle lorsque Ivàn Balliu, entré à la pause, enlevait le cuir à un Havrais devant Oukidja (79’), quelques minutes après une grosse opportunité pour Diallo dans la surface normande (71’).

Frédéric Antonetti lançait ses dernières armes en faisant entrer en jeu Ibrahima Niane et Ablie Jallow, invité surprise car absent de la liste initiale dévoilée vendredi. Gagnant à Béziers, le coaching du technicien mosellan ne portait cette fois pas ses fruits, malgré l’apport de vitesse non négligeable des deux entrants. Face au bloc bas de la défense du HAC, Metz s’est montré bien trop timide pour espérer percer la muraille bleu marine. En s’inclinant pour la première fois de l’exercice à la maison, les Messins laissent le doute s’installer et perd son aura de tout-puissant de la Ligue 2. D’autant plus que les Grenats vont souffrir à Sochaux dans 10 jours, avec un effectif amputé de nombreux internationaux. En Moselle, le ciel s’assombrit.

Réactions

Ivàn Balliu : « On n’a pas centré assez »

Écouter le podcast

Le latéral droit du FC Metz, entré en jeu à la mi-temps, regrette le peu de ballons de ballons donnés aux attaquants, notamment Habib Diallo et Ibrahima Niane. Il promet de préparer le déplacement à Sochaux « comme une finale »

Thomas Delaine : « Il faut concrétiser nos temps forts, sinon ça risque de se reproduire »

Écouter le podcast

Titulaire sur le flanc gauche de la défense, l’ancien joueur du Paris FC a  eu « l’impression d’avoir la mainmise sur le match » et de se faire « avoir sur une des seules opportunités de l’adversaire ».

Frédéric Antonetti : « Je ne suis pas catastrophé »

Écouter le podcast

L’entraîneur du FC Metz a expliqué ne pas être alarmé par les deux défaites consécutives des Grenats. Le coach mosellan veut « corriger nos erreurs, beaucoup plus de justesse technique dans les 20 derniers mètres ».